Historique du Boulant de Louvain, encore appelé Signor de Louvain

 

par Jean Coopmans, juge officiel

 

 

 

C'est un pigeon Boulant pattu élevé dans la région de Leuven depuis la moitié du XIXème siècle. Il avait la particularité de voler à grande hauteur en boulant et cela même la nuit au clair de lune (c’est du moins ce que nous rapporte la tradition…)

La valeur d’un sujet était basée sur le nombre d’heures de vol. Aujourd’hui ; les boulants que l’on rencontre encore ont perdu cette aptitude particulière. En 1958, Louis Manant, dans son ouvrage le pigeon, cet inconnu, nous dit : « S’il est toujours capable de tenir l’air des heures durant, ce n’est qu’en nombreuse compagnie, dans le voisinage de sa demeure, ses performances individuelles sont donc incontrôlables ».

 

Personnellement, j’essaie d’élever des Boulant de Louvain. Deux couples sont dans un pigeonnier avec des voyageurs de vol et ils sortent régulièrement. Ce ne sont pas des grands voleurs mais plutôt des voltigeurs. Ils font quelques tours aux environs du pigeonnier, souvent en boulant puis se posent sur l’un ou l’autre toit. Au bout de quelques minutes, le manège recommence.

 

Historiquement, il semblerait que notre pigeon descende d’un Boulant de vol que l’on trouvait en Italie. L’engouement pour cette race n’a jamais été grand. Elle est restée pratiquement confinée en Belgique et particulièrement dans la région de Bruxelles-Leuven, cela explique probablement pourquoi la littérature concernant le Signor est si rare.

 

Dans le premier standard de 1909, notre sujet est déjà décrit. Il est illustré par un dessin de L. Van der Snick daté de 1902. On le retrouve de nouveau détaillé dans le standard de 1939, les propos étant illustrés d’une peinture de René Delin.

En janvier 1941, « La Basse Cour » publie sous la plume de S. Smeesters de Louvain un article fort intéressant sur le Signor. Il en parle déjà comme une race en voie de disparition et nous dit qu’en 1898, Mr Delvaux de Louvain en possédait environ 150 et que 14 sujets furent exposés à Louvain en 1912. Il faut noter qu’avant 1918, le Signor était plus grand que le Boulant gantois, ce qui n’est évidemment plus du tout le cas aujourd’hui. Après la première guerre mondiale, le Signor avait pratiquement disparu.

 

En 1983, J. Lauwers, juge bien connu, décida d’élever des « Louvain ». Il ne possédait aucun sujet et recréa la race en croisant des Boulants de Poméranie à queue bleue, des Boulants gantois dominicains noirs, des Boulants de Saxe blancs et des Ringslagers belges. Après 12 saisons d’élevage et 14 générations, il exposa au Luxeduif à Malines 5 Boulant de Louvain. En 1995, J. Lauwers arrête l’élevage de la race et il cède les 21 sujets dont il disposait à Rik Leeten et Marcel Wyffels. Actuellement, il y a toujours quelques amateurs qui élèvent cette jolie race très enjouée et très familière mais produisant beaucoup de déchets à cause du port, de la taille, du dessin,…

 

En Flandre, Joris Deneire obtient de magnifiques résultats. Plus modestement en Wallonie, nous trouvons G. Lawarée, J.-P. Nérinckx, E. Blairon et votre serviteur.

{flike}