Comme toute grande famille, les Galloanserae comptent des membres sublimes et d’autres quelconques, des individus monogames et d’autres polygames. Parmi les 452 espèces de ce superordre d’oiseaux, citons les faisans, les paons et les cygnes.

Mais les mâles des Galloanserae les plus colorés et les plus portés sur la chose ne sont pas forcément ceux qui transmettent les meilleurs gènes à leur descendance, selon une étude récente.

« On ne manque certes pas de théories qui nous expliquent que les plumages, avec leurs couleurs éclatantes et leurs grandes queues, caractérisent les mâles les plus robustes, souligne Judith Mank, biologiste de l’évolution à l’University College de Londres. C’est exactement cette théorie que nous avons voulu vérifier. »

Mank et ses collègues ont analysé les gènes de six espèces d’oiseaux. Ils ont découvert que le génome des espèces très colorées évoluait plus vite que celui des espèces plus ternes, mais qu’il présentait des mutations génétiques défavorables.

Ces défauts génétiques sont transmis quand les femelles s’accouplent avec les mâles tape-à-l’oeil, ce qui pourrait même affecter l’avenir des espèces concernées. L’étude prouve qu »il n’y a pas de lien entre la splendeur et la vigueur, ajoute Mank. On pourrait parler de publicité mensongère ».

Par Patricia Edmonds

Sources :

{flike}