En lisant cet article vous serez plus renseigné sur sa façon de communiquer, sur sa reproduction, son habitat, son alimentation, sa migration et sa nidification.

La migration des oies

L’oie des neiges niche dans le nord-ouest du Québec. Vers la fin du mois d’août, quand les lacs commencent à geler, ces oies se rassemblent pour la migration automnale.  Elles forment dans le ciel une longue volée en V et quittent la toundra en direction du sud dans un tumultueux caquetage.  Elles descendent vers l’embouchure de la rivière du Saguenay où elles font une courte halte pour se reposer.  Puis elles longent le fleuve Saint-Laurent et se précipitent sur les riches pâturages qu’offre cette région. Pendant environ trois mois soit de la mi-septembre à  la mi-décembre, l’oie des neiges demeure sur les côtes du Saint-Laurent,  notamment à l’Ile d’Orléans, à l’île aux grues et à Montmagny. Mais  le rassemblement le plus spectaculaire a lieu à une trentaine de milles en aval de Québec, sur la rive nord, soit à Cap-Tourmente, où près de 80 000 de ces grands oiseaux viennent brouter des herbes aquatiques. Lorsque ces marécages gèlent à leur tour, les oies des neiges quittent le Québec. Les oies migrent en bande, même celles qui, comme les cigognes sont normalement des solitaires. Au fil des saisons, la population des oiseaux se modifie aussi. À la pointe du «V»se trouve un guide qui les emmène dans un endroit sûr et en sécurité. De temps en temps, une autre oie vient le remplacer  de sorte que celle qui mène le vol ne soit jamais trop fatiguée. La naissance du printemps est célébrée en Europe et en Asie par l’appel du coucou et en Amérique du Nord par la répartition du Tropicale à aile rouge. Les visiteurs de l’hiver s’en vont et les hôtes de l’été sont revenus. Au printemps, ils s’envolent vers leurs lieux de reproduction des pays froids où ils sont nés. Ils savent par instinct que les conditions y seront favorables pour élever leurs petits.

Communication des oies

Chez les oies, le but de la communication est comme pour la plupart de leurs comportements: la survie. Elles émettent une monosyllabe très aiguë qui peut même être musicale si plusieurs oiseaux la font entendre à l'unisson.  Elles émettent ce cri soit au vol, soit au sol.  Quand ces oiseaux sont en quête de nourriture, ils font entendre des caquetages et des gémissements.  Durant la période de nidification, le cri d'alarme est un “câ-ah!” qui tient un peu du bêlement du mouton.  Elles se reconnaissent par un cri bien différent l’une de l’autre.

Aspect physique

Les oies adultes sont principalement blanches mais souvent elles ont un plumage blanc et noir.  Le bec est rose mais noirâtre sur les côtés . Les pattes et les pieds de ce joli oiseau sont rougeâtres.  Les juvéniles ont la tête et la partie postérieure du cou plus ou moins grise; le dessous de la tête et la gorge sont blanchâtres.   Les plumes du dos, les scapulaires et tectrices alaires sont grises mais la bordure est plus pâle.  Le bec est brun ou noir.  Leur queue est soit grise, soit blanche.  Les primaires sont noires, passant au gris à la base.  Leur bec robuste et large est garni de petites lamelles qui forment un sourire et elles ont un long cou.  Un adulte peut atteindre 1,5 mètres et son poids est d’environ 3,5 kilogrammes.

L’habitat

     L’oie des neiges est une grande voyageuse.  Durant la migration, les oies évitent généralement les régions boisées, mais s’arrêtent volontiers dans les marais d’eau douce ou d’eau salée, sur les lacs dans les champs humides, dans les champs de céréales et sur les bancs de sable.   En été, les oies fréquentent des plaines basses parsemées de terre près de la côte où il y a des étangs ou des cours d’eau.
 Elles volent en V, poussant des cris perçants en direction d’endroits ou elles pourraient se nicher et se reproduire.   Elles partent de leur point de départ à une vitesse incroyable de croisière de 55 km/h avec des pointes de 95 km/h.  L’oie des neiges fréquentent aussi les terres humides de la toundra, les marais d’eau douce  et d’eau salée.  Elles peuvent aller dans des lacs peu profonds et les champs de céréales.

Sa nourriture

L`oie des neiges est vraiment herbivore.  Elle mange des plantes aquatiques ou semi-aquatiques, des racines, des pousses tendres dans les champs de céréales, de l'herbe et du trèfle.  Elle mange aussi des grains d'avoine, du maïs, du soya et du blé d'hiver.

L’accouplement

Les oies des neiges ou oies blanches s’accouplent pendant les parades nuptiales.  Des chants enjôleurs, des parades élaborées et des danses rituelles sont parmi les moyens utilisés par les oiseaux pour attirer leurs conjoints. La date de la saison de reproduction  a  aussi une grande importance.  Beaucoup d’oiseaux s’accouplent de façon que leurs oeufs écloront à la fin du printemps.  La femelle couve ses oeufs de 20 a 25 jours.  Les oies blanches ne reprennent pas le même partenaire tous les ans.  Dans de très rares cas seulement, certains couples restent liés  pour la vie.

La nidification

Les oies blanches nichent en colonies dispersées, parfois en compagnie de bernaches cravants.  Le nid, aménagé au sol, est un mélange de mousse et d’autres matières végétales de la toundra, tapissé de duvet à l’intérieur. La femelle dépose habituellement de 3 à 5 oeufs dans le nid terminé.  Les oeufs sont blancs ou crème.