Je m’appelle Christian Moullec, j’ai 57 ans et depuis plus de 20 ans je vole en ULM avec différentes espèces d’oiseaux, un peu partout dans le monde. Je suis passionné d’ornithologie depuis mon enfance et j’ai souhaité apprendre à piloter un ULM dans le seul but de réaliser des migrations en vol avec de nouvelles générations d’oies naines à réimplanter dans la nature en Scandinavie. Je suis fasciné par les oiseaux et plus particulièrement par les oies naines à front blanc (Anser Erythropus). Je pense que c’est parce que c’est une très belle petite espèce d’oie, docile et gracieuse, et qu’elle symbolise assez bien toutes les pressions que l’homme exerce en permanence sur l’environnement.  Il se trouve que des producteurs m’ont demandé récemment de former des oies naines à voler avec moi en ULM afin de réaliser une adaptation de mon livre pour le cinéma, un film sur ma première grande migration (1999/2000) en vol depuis la Suède jusque dans le sud-ouest de l’Allemagne avec 35 jeunes oies naines. Je vole donc actuellement avec 50 oiseaux de cette très belle espèce. Depuis 20 ans je vis des moments merveilleux avec mes oiseaux, oies, grues, cygnes, etc… Depuis 2008, je partage aussi mes vols avec tous ceux qui veulent découvrir cette expérience fabuleuse avec moi (toutes les infos sur : www.voleraveclesoiseaux.com). J’ai pensé très tôt que cette activité pourrait sans doute me permettre de financer de nouveaux voyages en vol avec les oies naines pour leur réimplantation dans la nature en Scandinavie. Le film en projet devrait commencer à être tourné en mai prochain et j’ai besoin de pouvoir recenser de nouveaux éleveurs afin de me permettre de récolter cette année encore, et dès ce printemps, une soixantaine d’œufs fécondés d’oies naines. Cette année, Aviornis  Wallonie m’a contacté pour concrétiser un projet que les adhérents  pourront certainement m’aider à concrétiser. Il propose de l’étendre à toutes les sections d’Aviornis Europe et au petit élevage belge.  Je ne doute pas que le film sera magnifique et qu’il représentera un appel fort à la protection des espèces animales menacées.

Comment nous aider :

Cette année il est question de faire une nouvelle récolte d’une soixantaine d’œufs fécondés d’oies naines à front blanc. Pour ceux qui auront la gentillesse de proposer les œufs provenant des couples qu’ils possèdent, s’ils le désirent, nous pourront négocier un prix pour chaque ponte. Il faudra me contacter assez tôt afin que je puisse m’organiser pour créer un registre d’adresses et un planning afin de venir récupérer ces œufs dans les meilleurs délais (l’idéal étant que les oiseaux puissent couver eux-mêmes leurs propres œufs durant au moins dix jours). Les oiseaux provenant de ces œufs ne devraient  pas être utilisés directement pour le projet de réintroduction de l’espèce, mais seulement comme figurants pour le film. S’agissant du futur projet de réelle migration pour la réimplantation de l’espèce dans la nature, une ferme d’élevage avec des oiseaux génétiquement parfaits est actuellement en train de se mettre en place en Suède.

L’expérience n’est pas nouvelle. Les oiseaux que nous avions utilisés, et accompagnés durant le voyage aller de leur migration en 1999 étaient marqués avec des bagues de couleur et ils ont été suivis durant quelques années. En 2001 une de nos oies a curieusement été observée jusqu’en Espagne en compagnie de deux autres oies naines sauvages dont l’une d’entre elle a été tué par un chasseur.  Nous n’avons pas obtenu plus d’informations depuis parce que le professeur suédois ayant collaboré à l’origine de ce premier projet est décédé au début des années 2000.

(Mon Tel : 00.336.82.80.47.98 et mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

L’Europe a perdu plus de 420 millions d’oiseaux en 30 ans

Selon une étude publiée récemment par le journal scientifique Ecology Letters, l'Europe a perdu 420 millions d'oiseaux en 30 ans et la gestion de l'environnement actuelle en Europe apparaît incapable d'enrayer la disparition de nombreuses espèces récemment encore considérées comme communes. Les raisons de ce déclin drastique sont  toutes liées aux activités humaines, agriculture intensive et chimique, disparition des zones humides et des haies, pratiques de chasse ne respectant pas la biologie des espèces, sécheresses et inondations à répétitions…