L'article du mois

On recense une trentaine de plantes invasives en Belgique. Toutes présentent un impact élevé sur les espèces indigènes, au point, parfois, de prendre leur place dans la nature, ce qui mène à un appauvrissement de la biodiversité locale. Bon nombre de ces plantes ont d’abord été ou sont encore des espèces ornementales vendues par diverses filières économiques.

 

Ce lapin est originaire de la Normandie et se caractérise par sa coloration blanche avec l’œil d’une bordure régulière d’environ 3mm simulant une lunette.
Le Blanc de Hotot peut être élevé comme race dite à deux fins. Les sujets bien marqués et standardisés auront la chance d’être présentés aux expositions mais certains éleveurs peuvent en faire une race de boucherie.

Le canard de barbarie est un oiseau volumineux, rustique, aimant l’élevage sur de grands parcours herbeux. Il possède une taille impressionnante : 90 cm de longueur pour le mâle et 4 à 4,5kg de poids, ce qui ne l’empêche nullement de voler particulièrement bien. Il faudra donc éjointer les sujets d’élevage si on veut être certain de ne pas les perdre. Cependant, d’une manière générale, le Barbarie demeure attaché à son parc et, s’il fait parfois de petites excursions à l’extérieur, il rentre ordinairement au logis le soir venu.

Si son nom scientifique est Tanacetum vulgare, on l’appelle aussi herbe aux vers, herbe amère. Cette plante qui fait partie de la famille des composacées et s’apparente fortement aux chrysanthèmes vit à l’état spontané dans nos régions et croît sur les talus, les terrains vagues, au bord des routes et même sur les éboulis.

Le Jaseur boréal

Le jaseur boréal est l’un de nos hôtes les plus rares mais l’un des plus beaux.