CONDITIONNEMENT ET EXPOSITION

PAR CHRISTIAN FONCOUX, JUGE AVICOLE

Avant l’exposition :

Depuis l’éclosion, nos sujets auront subi plusieurs triages. Aussi, le moment venu, après avoir accompli une bonne mue, ils n’attendront plus de nous que les soins réclamés en vue d’une bonne présentation :

  1. a)  quelques jours avant, tenir les parquets fermés, le sol sec sans souillures, une nourriture équilibrée, de l’eau très propre, une verdure suspendue pour couper l’ennui, des visites régulières avec apport de friandises.

  2. b)  une toilette modérée et honnête pour les sujets à marques qui demandent notre intervention.

  3. c)  Lavage des pattes et du bec à l’aide d’un peu d’eau tiède. Pour donner aux pattes la couleur, nous les frotterons avec un chiffon propre imbibé d’eau vinaigrée. Après séchage, un peu de vaseline va les garder dans un état présentable pendant plusieurs jours.

  4. d)  Le lavage complet de l’oiseau est exceptionnel car, bien souvent, ce travail exécuté la veille de l’enlogement n’embellit pas le candidat. Au contraire, bien souvent le plumage est soufflé et semble plus duveteux. Le lavage est cependant nécessaire pour certaines races ou variétés ( la nègre-soie, variétés blanches).

  5. e)  Le dressage est une action très peu pratiquée par l’éleveur. Même en exposition, certains juges n’emploient que rarement la baguette. Je remplacerais cette formule par l’apprivoisement qui n’est en fait qu’une question de patience et de temps. Il débute au sevrage et se poursuit chaque jour, plus encore après la sélection des sujets destinés à la compétition. C’est l’amour, l’attention, les soins que l’éleveur peut apporter à ses protégés. Je ne connais pas de juge qui n’apprécie pas un sujet docile. Un sujet effrayé ne se montrera jamais sous son meilleur jour.

  6. f)  Expédition : il est indispensable de disposer de paniers conçus pour le type de sujets élevés. Une petite désinfection (un jet de spray) avant de prendre place paraît insignifiant mais dénote d’une certaine attention qui n’échappe pas au commissaire qui enloge.

A l’exposition :

C’est le jour des victoires mais aussi celui des défaites.
Il faut savoir perdre et vaincre, une défaite est souvent un tremplin vers des victoires. Il faut s’instruire, comparer, dialoguer avec l’examinateur, côtoyer de vieux éleveurs, sources de tant de savoir et d’expérience.

Consultons les feuillets d’appréciation, ils sont à la disposition des éleveurs. Les remarques qu’ils contiennent justifient les distinctions accordées. Comparons nos sujets à ceux de nos rivaux d’un jour, heureux ou malheureux. Confrontons nos idées avec celles des juges qu’un même intérêt réunit ce jour là.

Lors de notre retour, sortons furtivement notre standard et rêvons, avec l’auteur, d’une perfection à laquelle nous nous efforcerons de parvenir.
Pour nos
protégés, n’oublions pas leurs prouesses. Ils sont heureux de regagner leurs logis éclairés le temps voulu pour se désaltérer et retrouver leur place au perchoir.

Les résultats sont à ce prix !