On l’attendait depuis plusieurs années. Des petits de spatule blanche, grand oiseau emblématique de la famille des ibis, sont enfin nés en Wallonie. Deux couples ont élevé 3 petits dans les marais d’Harchies.

Depuis plusieurs années, les observations de ce superbe oiseau se multiplient dans notre région. Ce grand oiseau blanc, assez massif, aux longues pattes noires, ne passe pas inaperçu. Dès que l’on peut apercevoir sa tête, on ne peut manquer son long bec noir, aplati en forme de spatule, à l’origine de son nom.

 

Son vol, cou tendu, enchaînant coups d’ailes rapides et vol plané, est aussi très caractéristique. Enfin, si c’était encore nécessaire, son mode de nourrissage, en bordure d’étang, agitant la tête latéralement pour capturer de petits animalcules aquatiques (vers, larves, poissons, crustacés,…) le distingue également des autres échassiers.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la spatule blanche (Platalea leucorodia) appartient non pas à la famille des hérons mais à celle des ibis, au doux nom de Threskiornithidés.

Vincent Swinnen, chargé des réserves hennuyères chez Natagora : « C’est une excellente nouvelle qui réjouit tous les ornithologues de la région. Depuis des années, Natagora veille à développer un vaste réseau de réserves naturelles dans le Hainaut. La nidification de la spatule, c’est un peu notre récompense. »

 

 

 

L’espèce fréquente principalement les milieux aquatiques côtiers (elle niche en Flandre depuis 1999), mais on la retrouve également dans les plus vastes zones humides intérieures. D’abord considérée comme exceptionnelle chez nous, surtout observée en période de migration, elle est devenue de plus en plus régulière en halte. Si les Marais d'Harchies-Hensies-Pommeroeul constituent son pôle d’attraction principal, la spatule a été observée dans de nombreux autres sites du Hainaut occidental et notamment dans la Vallée de la Haine (Marionville, Marais de Douvrain…). 

Auparavant observée de façon isolée, l’arrêt de groupes plus importants, jusqu’à une petite dizaine d’individus, est récemment apparu. De même, ses périodes d’observation printanière et automnale se sont allongées pour couvrir maintenant toute la saison de reproduction. Elle nous quitte ensuite pour aller prendre ses quartiers d’hiver dans le Sud de l’Europe ou en Afrique.

 

Il n’est donc pas étonnant que, depuis 2011, différents comportement reproducteurs aient été observés aux Marais d’Harchies. Cela s’étend de la présence de couples en plumage nuptial à la construction d’un nid, en passant par les parades nuptiales. Il faut dire que les milieux rencontrés à Harchies, buissons et arbustes en bordure d’étangs et de roselières, conviennent tout à fait à ses exigences. Cette vaste zone humide est gérée en collaboration entre Natagora et la Wallonie. Notons que si les spatules peuvent être observées aux alentours en vol ou se nourrissant, la zone de reproduction est strictement protégée et interdite au public.

Source :  http://us4.campaign-archive2.com/?u=a1811fcb2ef0e9da65b4fd9f7&id=16fd28de8a