La Sélection  et  Reconnaissance nouvelle race

 

 

 

Sélectionner, c’est séparer le meilleur du moins bon. Le « moins bon » ne doit en aucun cas être conservé, ni pour l’ornement, ni pour la reproduction, ni, à fortiori, pour la vente. Sa seule destinée possible est la marmite. N’en déplaise aux âmes sensibles, sélectionner, c’est tuer.

 Dès la naissance des poussins, une première sélection peut être faite. Tout d’abord, ne conservez jamais les trainards, ceux qui ne sont pas nés en même temps que la majorité, qui n’éclosent qu’après 21 jours ou qu’il faut aider à sortir de la coquille. Ces signes évidents de faiblesse attestent qu’ils ne seront jamais robustes. 

Prenez les poussins en mains un à un et examinez les attentivement. Pour certaines races, des défauts graves sont immédiatement décelables : certaines Chabo n’ont pas les pattes assez courtes. Pourquoi les élever ? Ils ne serviront jamais à rien sauf à prouver votre médiocrité de sélectionneur. Sur toutes les races à cinq doigts, vous discernez immédiatement si les deux pouces sont présents et bien séparés. Pour les races à pattes emplumées, les poussins ont dès la naissance du duvet sur les tarses. Inversement, sur les races à pattes lisses, un poussin qui présente des traces de duvet sur les tarses aura plus tard quelques plumes, donc inutile de l’élever. Dans les variétés bleues, il naît toujours 25% de noirs et 25% de blanc-sale. Ne les conservez que si vous êtes certain d’en avoir l’usage. 

Eliminez également sans pitié ceux qui ont des doigts tordus, des pattes écartées ou qui n’arrivent pas rapidement à se tenir sur leurs pattes.

 Un deuxième examen attentif peut être fait lors de la mise en place des bagues. On distingue facilement, à ce moment, ceux qui sont chétifs, manifestement moins vigoureux que les autres. C’est en général le signe de quelque désordre interne qui ne s’arrangera pas. Inutile de les dorloter. Pire, s’ils sont porteurs de quelque microbe, ils peuvent le passer à tout le troupeau. 

Sur les races à crête simple, on voit parfaitement, à cet âge, la découpe de la crête et ses éventuels défauts : nombre de dents, crétillons doubles ou fourchus, crétillons latéraux. Profitez-en pour éliminer surtout les coquelets qui sont toujours trop nombreux. 

Certains défauts de coloris sont visibles et flagrants dès cet âge mais, dans ce domaine, il est bon de montrer une grande prudence. Beaucoup de variétés ne montrent leurs qualités ou défauts qu’une fois effectuée la mue d’adulte, vers l’âge de cinq mois. Ainsi, quelques plumes blanches sur un poussin noir peuvent parfaitement disparaître par la suite.  

Si vos installations vous permettent d’élever vingt poussins, faites en naître quarante et n’hésitez pas à supprimer les moins bons et les moins vigoureux. Faite à la naissance, au moment de baguer ou à toute autre période, cette sélection sévère mais utile vous donnera en définitive un lot d’une qualité très supérieure à ce que vous auriez obtenu en élevant sans triage tout ce qui aurait bien voulu naître. En plus, vous pouvez faire porter plus sévèrement la sélection sur les coquelets dès qu’ils sont identifiables en ne conservant, par exemple, qu’un mâle pour deux ou trois femelles. A la puberté, les poulettes seront moins importunées par leurs frères, il y aura moins de bagarres et le lot devenu adulte sera plus facile à utiliser ou à commercialiser.

 

 RECONNAISSANCE NOUVELLE RACE

Règlement reconnaissance d’une nouvelle race ou variété, 1er mai 2012

FEDERATION NATIONALE DES ELEVEURS D'ANIMAUX DE BASSE‐

COUR asbl

Règlement pour la reconnaissance d'une nouvelle race ou variété

  1. Inscription
  2. Une demande écrite doit être adressée au secrétariat de la Fédération Nationale ( LFN ) avant le 1 août de l'année des présentations. L'inscription doit être renouvelée chaque année.
  3. La demande contient toutes les coordonnées de l'éleveur ainsi que sa motivation d'une manière complète et claire. Seuls, les éleveurs enregistrés en Belgique, peuvent proposer une nouvelle race ou variété. Plusieurs éleveurs peuvent aussi faire une présentation ensemble.
  4. Un projet complet, rédigé dans une des trois langues nationales, du standard ou de la description sera toujours envoyé en même temps, ainsi qu'une description visuelle (dessin, photo, etc.).
  5. Le demandeur ajoute également pour des races et/ou des variétés déjà reconnues en étranger, une copie du standard (langue originelle) du pays d’origine, du standard européen ou du pays ou la variété est reconnue.
  6. Suite à la demande
  7. Le secrétaire national transmet avant le 1er septembre les demandes et les dossiers complets au secrétariat de la commission nationale des standards concernée.
  8. Les secrétariats des commissions nationales des standards renseignent les membres de leur commission des demandes, de préférence lors d'une réunion. Ils mettent les dossiers à la disposition du président du jury et demandent, le cas échéant, plus de documentation à l'éleveur. Ensuite, ils confirment l'acceptation du dossier au secrétaire national avant le 15 octobre. Ils confirment également la procédure pour la reconnaissance en question.
  9. Avant le 15 novembre, les demandeurs reçoivent une confirmation de l'acceptation de leur présentation par le secrétariat national. En cas d'annulation, ils le préviennent immédiatement.
  10. Les demandeurs traitent leurs inscriptions de la manière habituelle pour une participation normale, aussi en ce qui concerne les frais d'inscription. Pour la classe première vision‘ on ne paye que 50% des frais d’inscription.
  11. Jury
  12. Seuls les membres-juges de la commission nationale des standards ou leurs

remplaçants sont compétents en ce qui concerne le jugement en vue d'une

reconnaissance d'une nouvelle race ou variété.

Secrétariat

: Geert De Clercq, Klemhoutstraat 99 9620 Zottegem

Tél.: 09/361.17.12 – Fax : 09/256.50.88 – E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Règlement reconnaissances, 1er mai 2012

Secrétariat: Geert De Clercq, Klemhoutstraat 99 9620 Zottegem

Tél.: 09/361.17.12 – Fax : 09/256.50.88 – E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  1. Si les concours où la Fédération Nationale organise les présentations, ont lieu dans les Flandres, le jury sera composé de deux Flamands et un Wallon et vice versa, dans la mesure du possible. La FN désigne les membres du jury.
  2. Modalités générales
  3. La présentation a lieu pendant les concours nationaux ou pendant une exposition désignée par la Fédération Nationale, en respectant l'alternance, en priorité.
  4. Tous les animaux présentés, doivent être identifiés avec un signe d’identification de la Fédération Nationale. Lors de la reconnaissance d’une race ou variété qui est déjà reconnue dans un autre pays, les sujets adultes peuvent aussi porter un signe d’identification étranger, à condition que celui-ci est reconnu par l’Entente Européenne.
  5. Pour une variété qui n'est pas reconnue au pays d'origine, n'importe si elle est reconnue dans d'autres pays, la commission nationale des standards demande l'avis de la fédération du pays d'origine avant le 1er novembre de l'année de l'entrée de la demande. Cet avis est à respecter et, en attendant, aucune conclusion ne sera communiquée à l'éleveur. La commission nationale des standards tient également la fédération du pays d'origine au courant de l'évolution de ce dossier.
  6. Les nouvelles races doivent toujours se différencier dans au moins trois caractéristiques de race des races déjà existantes. Dans aucun cas une reconnaissance éventuelle peut signifier un risque pour l’existence d’une autre race. Si ces conditions ne sont pas remplies, la commission nationale des standards refusera le dossier. D’autres restrictions éventuelles décidées par la section concernée de l’EE peuvent être également d’application.
  7. Des races historiques les caractéristiques doivent être documentées et respectées. Des races qui sont éteintes et recréées, ne peuvent pas être reconnues avec le même nom.
  8. Un surnombre de sujets ne peut jamais être exposé.
  9. Il ne peut jamais y être plusieurs procédures en cours pour la même race et/ou variété.
  10. Si l’âge ou le sexe des sujets présentés n’est pas conforme au règlement, le résultat de la présentation sera toujours négatif.
  11. Une présentation ne peuT être constitué que de sujets de la même variété.
  12. Modalités de la ‘première vision’
  13. Les catégories suivantes doivent obligatoirement être présentées d’abord dans la classe ‘première vision’
  • nouvelles races belges
  • races étrangères non reconnues par l’EE nouvelles variétés, c’est-à-dire des

variétés qui ne sont pas encore reconnues par l’EE.

  • nouvelles variétés qui ont déjà reçu deux avis négatifs dans la classe de

reconnaissance.

  1. Le nombre de sujets à présenter est six : 3 mâles et 3 femelles. La présentation de sujets adultes n’est pas obligatoire mais permise.
  2. Les sujets présentés ne sont pas jugés. Sur la carte de jugement on écrit ‘première vision’. Le jury établit un rapport et un avis pour la commission nationale des standards. Celle-ci donne un avis à la FN pour accepter oui ou non la création dans la classe de reconnaissance.

Règlement reconnaissances, 1ermai 2012

Secrétariat

: Geert De Clercq, Klemhoutstraat 99 9620 Zottegem

Tél.: 09/361.17.12 – Fax : 09/256.50.88 – E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  1. Modalités et évaluation de la ‘reconnaissance’
  2. Minimum trois présentations favorables sont nécessaires pour :
  • une nouvelle race belge qui a déjà obtenu un avis favorable dans la

première vision

  • une variété qui n'est pas reconnue ni en Belgique ni par l’EE et qui a déjà

obtenu un avis favorable dans la première vision.

Ces trois présentations favorables doivent être réalisées dans une période de six ans successifs.

  1. Une seule présentation favorable suffit pour la reconnaissance:
  • d’une variété qui est déjà reconnue en Belgique dans une autre race de la

même espèce.

  • d’une race étrangère ou une variété existante de celle-ci si une

reconnaissance existe dans un pays affilié auprès de l’Entente Européenne

pour la section concernée.

  1. Six sujets doivent être présentés. C'est à dire : un mâle adulte, une femelle adulte, deux mâles jeunes et deux femelles jeunes. Le même sujet peut seulement être présenté deux fois, une fois comme jeune et une fois comme adulte.
  2. Au sein de la section des volailles, la variété est également reconnue chez les sous-races sans-queue, lors de la reconnaissance de la variété avec queue, mais pas dans l’autre sens.

La possibilité d’une présentation combinée existe également, des sous-races sans-queue avec la race initiale ou des formes de crête d’une sous-race. Dans ce cas, les deux peuvent être reconnues en même temps si l’avis final

est positif et à condition qu’au moins un représentant de chaque sexe soit présent dans les deux (sous-)races.

  1. Une nouvelle mutation d'un oiseau de parc ou palmipède sauvage est considérée comme une nouvelle variété en ce qui concerne la règle de reconnaissance. La même réglementation est applicable. Chez des espèces qui n’obtiennent pas leur coloris en première année, l’éleveur ne doit pas présenter des jeunes sujets. Le nombre de sujets à présenter est quatre, dont la moitié de chaque sexe. Pour la deuxième et la troisième présentation la moitié de chaque sexe doit être remplacée par des sujets plus jeunes que ceux de la présentation précédente. Chaque sujet ne peut être présenté que deux fois.
  2. Le jury complète les cartes de jugement pour chacun des sujets. Ces cartes de jugement n'indiquent ni des prédicats ni des points. Les cartes de jugement sont destinées aux éleveurs. Auprès de cela, le jury établit un rapport destiné à la Fédération Nationale et à la commission des Standards. Ce rapport contient les numéros de cage, le numéro des signes d’identification, une note chiffrée pour chaque animal jugé, un contenu succinct des jugements en une conclusion finale motivée. Les deux documents sont établis dans la langue de la région où les concours ont lieu.
  3. Le président du jury remet déjà pendant les concours nationaux, une copie de ces cartes de jugement et du rapport au secrétaire national et au secrétaire de la commission nationale des standards concernée.
  4. Approbation par la FN

 Les rapports du jury feront l'objet d'une discussion au sein des commissions nationales des standards qui formulent une conclusion avant le 15 février. Le point de vue de la commission et sa motivation seront repris dans le rapport de sa réunion, qui sera remis au secrétariat national avant le 1ermars. La Fédération Nationale évalue et/ou approuve les rapports des commissions nationales des standards lors de sa prochaine réunion.