Maladie de Newcastle (pseudo-grippe aviaire)

 

Communiqué de presse du 13.05.2022  Nous suivre sur Twitter Nous suivre sur Facebook LinkedIn

 

Virus de la grippe aviaire (H5) 

 

 
 

 

 
Cette année, la situation concernant la grippe aviaire a évolué différemment des épizooties précédentes. Alors que, par exemple, lors de la saison 2020-2021, les dernières infections chez les oiseaux sauvages ont eu lieu au début du mois de mars 2021, cette saison, de nouvelles infections ont été détectées à divers endroits du pays jusqu'à la mi-avril. Par ailleurs, les deux foyers chez les volailles apparus en mars 2022 étaient tous deux liés à des contaminations provenant d'oiseaux sauvages. Étant donné que la même évolution a également été constatée dans les pays voisins et ailleurs en Europe, les experts estiment que le risque est très élevé que le virus soit devenu endémique et qu'il soit donc également présent chez les oiseaux sauvages tout au long de l'été.
Malgré le risque permanent d'infection pour les volailles professionnelles et les volailles d’amateurs, ce risque est nettement plus faible que ces derniers mois. Le ministre Clarinval l’estime donc utile, sur avis de l'AFSCA, d'adapter les mesures qu'il avait activées le 15 novembre 2021 en déclarant une période de risque accru pour la grippe aviaire. En effet, du point de vue du bien-être des animaux, il n'est pas envisageable de garder les volailles d’amateurs et les animaux à libre parcours en permanence confinés.
Les changements prendront effet le samedi 14 mai et concernent les points suivants :
- Le confinement est supprimée, tant pour les volailles d’amateurs que pour les volailles élevées par des professionnels.
- L'obligation d'abreuver les animaux d’amateurs à l'intérieur est également supprimée.
- Toutefois, nourrir les volailles et volailles d’amateurs à l'intérieur ou sous filets reste obligatoire.
- Le règlement actuel concernant le desserrage des volailles destinées à l'abattage est également maintenu. Toutefois, la période pour charger est portée à 10 jours. Cela n'affecte en rien la biosécurité plus stricte qui doit continuer à accompagner cette activité.
Attention !
- La période de risque accru elle-même n’est pas levée en raison de la persistance du virus. Seules les mesures sont ajustées.
- Je vous rappelle également que les volailles des professionnels doivent être nourries et abreuvées à l'intérieur ou sous filets toute l'année et que le confinement des volailles des professionnels dans les zones à haut risque pour l'influenza aviaire, dites zones naturelles sensibles, est toujours obligatoire, indépendamment de toute période de risque accru.
Vu le risque permanent d'influenza aviaire, l'AFSCA appelle chacun à rester vigilant, à continuer à appliquer une biosécurité stricte et à ne pas hésiter à faire examiner ses volailles malades par un vétérinaire.
L'AFSCA conseille également de mettre les volailles des professionnels et d’amateurs qui sont gardés à l'extérieur sous filets afin de réduire le risque de contamination.
FAVV-AFSCA.BE
AFSCA - Grippe aviaire


 
Toutes les mesures peuvent être consultées sur le site web de l'Agence :
https://www.afsca.be/professionnels/productionanimale/santeanimale/grippeaviaire/mesures.asp



En cas de constat d'une mortalité élevée ou de tout autre symptôme de maladie, il est important de contacter immédiatement un vétérinaire. En outre, nous demandons aux promeneurs de signaler les oiseaux sauvages morts via le numéro de téléphone gratuit 0800/99 777.